logo du GERES


logo du GERES

NOUVELLES OBSERVATIONS




Emplacement d'Aouinet Torkoz

Emplacement d'Aouinet Torkoz
Cliquez ici pour voir les cartes


L'Oeuvre marocaine
de J.B. Panouse,
par  Jacques Bons


 Notre approche consiste à connaître pour mieux comprendre et protéger
les espèces et leurs écosystèmes

OISEAUX

1.
Observation d'un Gypaète barbu, Gypaetus barbatus, au Maroc

Dear friends,
 
This is probably the last observation of bearded vulture Gypaetus barbatus in Morocco by the year 2005. A Second year juvenile vulture was flying up Talmet south of Jbel Ayachi at 1800 m of altitude the 25th. This is probably the first observation of bearded vulture in the region. Unfortunately, I don’t have geographical coordinate because simply I didn’t have GPS when I saw the bird. However Jbel Ayachi occur at 32 29' North and 4 57' West in the Eastern High Atlas. I’ll give more precision about this observation later …I’m just back!!.
Future investigations must bring more explanation for the importance of the site, less attended by ornithologist, for this critically threatened species in Morocco.
 
Happy New Year
 
Imad (Cherkkaoui)

Cher tous,

    Tout d'abord ça m'a fait énormément plaisir de recevoir tous ces commentaires. Cependant, et étant donné que l'espèce est extrêmement rare au Maroc, j'ai soumis le détail de cette coche à la Commission d'Homologation Marocaine des espèces rares.
    Au début, nous avons observé l'oiseau  de très loin sous un temps couvert mais non pluvieux.
    De loin l'oiseau paraissait sombre, effectuant un vol plané avec parfois des battements d'ailes peu profonds tout en s'approchant rapidement du lieu de notre campement. J'ai pointé l'objectif de ma longue vue vers cette silhouette de rapace que j'ai identifié, par précipitation et vu sa taille, comme un Aigle royal (Aquila chrysaetos) que j'ai eu pourtant l'occasion de voir à maintes reprises au Maroc. Plus proche et de face, son profil se montrait plat mais l'extrémité des ailes était pliée légèrement vers le bas en formant un petit angle aigu vers l'arrière à la manière des Faucons alors qu'il commençait légèrement à perdre de l'altitude. Au fur et à mesure que l'oiseau s'approchait de nous, sa silhouette paraissait plus massive, surtout lorsqu'il effectua un vol plané en cercle. Les critères suivants ont été décisifs sachant que la distance d'observation à un temps donné n'était pas grande (200 m au plus) pour conclure qu'il s'agit premièrement d'un (Gypaète barbu) et ensuite d'un oiseau immature âgé de 2 ou 3 ans :
  1. Rapace de grande taille à corps massif dont l'envergure des ailes est remarquablement grande comme chez les vautours fauves (Gyps fulvus). Cependant les ailes sont nettement moins larges, non rectangulaires et leurs digitations sont moins prononcées.
  2. Vu de dessous, il se différencie de ce dernier par un corps plus élancé, d'allure cruciforme, une queue plus longue, large et cunéiforme.
  3. L'aspect général rappelant celui d'un jeune percnoptère "géant" (Neophron aegyptus). Les rectrices sont visiblement noirâtres ou gris sombre contrastant bien avec le reste du corps plus clair. Par rapport à cette dernière espèce la taille imposante et les ailes longues qui se resserrent du côté du corps empêchent toute confusion possible.
  4. Le vol plus raffiné et moins lourd que chez le Vautour fauve, Gyps fulvus, fait rappeler celui des faucons!
  5. Le dessous gris-brun contrastant avec les rémiges et les rectrices noirâtres.
  6. Proportionnellement au corps la tête et nettement petite et de forme conique.
  7. La "touffe" de plume sombre caractéristique de l'espèce nous semblait bien visible au cours de 4 secondes quand l'oiseau c'est incliné par rapport au plan du vol initial.
  8. Le dessus du corps brun parsemé de tâches blanches très lâches contrastant bien avec la tête et la nuque noirâtres.
  9. La base de la queue épouse étroitement les côtés des ailes au niveau des rémiges primaires; celles-ci avec beaucoup plus d'attention présentent des usures.
  10. Les ailes sont arrondies et un peu larges au bout alors que chez les adultes elles sont normalement plus pointues.
  11. Coloration des couvertures sous-alaires : marron avec des plumes blanches diffuses.
  12. La tête est entièrement noire bien visible et distincte. 

    Voilà les critères qui me semblent pertinents et sur lesquels je me suis basé pour identifier le Gypaète !         

    Bien à vous, Imad (Cherkkaoui)

Voir Fiche de présentation du Gypaète barbu
Voir également Diaporama OISEAUX


Envoyez-nous vos observations et Photographies en écrivant à :
geres@geres-asso.org




Haut de page