logo du GERES

Retour

2 - Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique risque d'accroître le nombre d'affamés
dans le monde et particulièrement en Afrique subsaharienne

ROME (AFP), à 12:08 (26/05)

    Le réchauffement de la planète risque d'accroître le nombre d'affamés dans le monde et c'est l'Afrique subsaharienne qui paierait le plus lourd...
    
    Le réchauffement de la planète risque d'accroître le nombre d'affamés dans le monde et c'est l'Afrique subsaharienne qui paierait le plus lourd tribut, a estimé jeudi l'organisation de l'Onu pour l'agriculture et l'alimentation (FAO).
   
    "Le changement climatique menace d'accroître le nombre d'affamés dans le monde en réduisant la surface des terres agricoles dans les pays en développement", met en garde un rapport présenté par la FAO lors du Comité de la sécurité alimentaire mondiale de l'organisation, actuellement réuni à Rome.
       
    "Dans une quarantaine de pays en développement pauvres, totalisant 2 milliards de personnes dont 450 millions d'affamés, les pertes de production du fait du changement climatique accroîtraient dramatiquement le nombre de sous-alimentés, torpillant ainsi les progrès en matière de lutte contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire", indique le rapport.
    
    Selon la FAO, ce sont les pays d'Afrique subsaharienne qui paieraient "le plus lourd tribut" en raison de "leur faible capacité à s'adapter au changement climatique ou à compenser la baisse de production grâce à des importations de denrées alimentaires".
   
    En revanche, les pays industrialisés enregistreraient des gains de production, selon le même rapport.
 
   Dans les pays en développement, le changement climatique pourrait entraîner une augmentation des superficies arides.
   
    A titre d'exemple, poursuit le rapport, on estime, en Afrique, à 1,1 milliard d'hectares les terres où la période de croissance des cultures est inférieure à 120 jours. D'ici à 2080, sous l'action du changement climatique, cette surface s'accroîtrait de 5 à 8 pour cent, soit d'environ 50 à 90 millions d'hectares, selon la FAO.

    La production céréalière de 65 pays en développement abritant - selon les chiffres de 1995 - plus de la moitié de la population totale du monde en développement, risquerait de chuter de quelque 280 millions de tonnes sous l'effet du changement climatique, soit en valeur une perte de 56 milliards de dollars équivalant à 16 % du PIB agricole de ces pays pour la même année.

    En Asie, les effets du changement climatique seraient mitigés, estime la FAO. l'Inde pourrait perdre 125 millions de tonnes, soit l'équivalent de 18 % de sa production céréale sous irrigation pluviale, mais la Chine verrait sa production céréalière sous irrigation pluviale, estimée à 360 millions de tonnes, augmenter de 15 %.

    Le changement climatique n'affecte pas seulement la sécurité alimentaire, ajoute l'organisation. Il entraîne aussi une prolifération des maladies animales et des ravageurs des plantes.
   
    A l'ère de la mondialisation, fait valoir la FAO, l'agriculture doit s'adapter face à l'apparition de nouvelles maladies animales et de nouveaux ravageurs des plantes, un phénomène qui ira s'accélérant du fait de l'intensification du commerce international et du transport.
   
    "Les changements de température et l'aggravation de la pollution atmosphérique, tout comme la diffusion des maladies animales transfrontières susceptibles de présenter des éléments pathogènes potentiellement dangereux pour l'homme, pourraient allonger la liste des maladies humaines, ainsi que l'a montré récemment la crise de la grippe aviaire en Asie", avertit enfin le rapport.  

Pour plus d'informations sur le changement climatique,
connectez-vous à la page suivante, puis cliquer sur
"
Un rapport secret sur le prochain choc climatique"
Cliquez-ici!


Haut de page