logo du GERES

Retour

2 -Conservation des espèces

Chasser la baleine au nom de la science est injustifiable,
selon le WWF

TOKYO, AFP, 13/06/05


    Il n'est pas nécessaire de tuer les baleines pour effectuer des recherches scientifiques sur les cétacés, contrairement aux pratiques japonaises considérées comme anachroniques, affirme lundi le Fonds mondial pour la nature (WWF), dans un rapport reçu à Tokyo.

    Selon le rapport intitulé "Science, profits et politique: la chasse à la baleine au 21e siècle", rendu public à Gland (Suisse), les prélèvements d'ADN permettent d'obtenir des données scientifiques beaucoup plus fiables que celles obtenues sur les cadavres des cétacés.

    "Il est incroyable que le Japon, un des pays parmi les plus en pointe dans le domaine technologique, continue à tuer environ 650 baleines par an en utilisant des techniques des années 1940 au 21ème siècle", affirme une responsable du WWF, Susan Lieberman, dans ce rapport.

    Pour le WWF, la science japonaise dans ce domaine est "si faible" que ses résultats ne pourraient être publiés dans aucune revue scientifique.

    "Nous exhortons le Japon à se montrer à la hauteur de sa réputation comme pays à la pointe en matière de sciences et technologies, et à mettre fin à la chasse à la baleine au nom de la recherche scientifique", poursuit Mme Lieberman. 

    Le Japon, où la consommation de viande de baleine fait partie de la tradition culinaire, avait accepté à contrecoeur en 1986 de soumettre sa pêche à la baleine à un système de quotas fixé par la Commission internationale de la chasse à la Baleine (CIB).

    Mais depuis 1987, il pratique des campagnes de chasse ponctuelles, officiellement pour recueillir des données scientifiques.

    Tokyo a l'intention de presque doubler ses prises de baleines de Minke, actuellement de 440 par an, et de pêcher des baleines de plus grande taille, les baleines à bosse et les rorquals communs, des espèces menacées.

    Le sujet sera au centre des discussions de la prochaine réunion annuelle de la CBI, qui aura lieu du 20 au 24 juin en Corée du Sud. La rencontre sera précédée par plusieurs réunions d'experts.


Haut de page