logo du GERES


logo du GERES

DOSSIERS BRÛLANTS




Emplacement d'Aouinet Torkoz

Emplacement d'Aouinet Torkoz
Cliquez ici pour voir les cartes


L'Oeuvre marocaine
de J.B. Panouse,
par  Jacques Bons



2. Dossier : Folklore, mythes et exploitation des animaux en Afrique du Nord

"Parmi les 25 espèces de grands  Mammifères existant probablement encore au Maroc, 16 sont donc menacées, soit près des deux tiers des espèces." Fabrice Cuzin (2003)

Têtes et peaux de mouflons et gazelles
Têtes de Mouflon à manchettes (Ammotragus lervia), Gazelle Dorcas (Gazella dorcas), 
Gazelle de Cuvier (Gazella gazella)  sur la place Djemaa El Fnaa à Marrakech
© Michel Aymerich


Fouette-queue empaillés, peaux de chacals, etc.
Fouette-queue, chacal, mangouste,
porc-épic, etc.
Souk de marrakech
© Michel Aymerich
Fouettes-queue empaillés
Fouettes-queue empaillés. Souk de marrakech
© Michel Aymerich

FOLKLORE, MYTH AND EXPLOITATION OF REPTILES IN MOROCCO AND TUNISIA

By Andy C. Highfield and Jane R. Bayley

Both Morocco and Tunisia possess a varied and fascinating herpetofauna. Unfortunately, in both countries, the first introduction to reptiles most visitors experience is when they encounter animals being offered for sale.
 Sometimes, reptiles are collected specifically for sale to tourists - this is a major problem, especially in Tunisia - but there are also many long-standing traditional forms of exploitation. [...]

Lire l'article

1. Le dossier acridien
(voir également Documentation & Archives du GERES)

Pesticides inoffensifs?


LES PRINTEMPS QUI DÉCHANTENT...

Infestation naturelle temporaire,

ou empoisonnement chimique durable ?

    Par  Michel Tarrier

    « AU NOM DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION

« Le principe de précaution peut être invoqué lorsque les effets potentiellement dangereux d'un phénomène, d'un produit ou d'un procédé ont été identifiés par le biais d'une évaluation scientifique et objective, mais cette évaluation ne permet pas de déterminer le risque avec suffisamment de certitude. Le recours au principe s'inscrit donc dans le cadre général de l'analyse du risque (qui comprend, en dehors de l'évaluation du risque, la gestion du risque et la communication du risque), et plus particulièrement dans le cadre de la gestion du risque qui correspond à la prise de décision. »

« Présentement (automne 2004), l’Afrique, notamment de l’Ouest, le Sahel et le Grand Sud maghrébin, subissent simultanément les affres de deux fléaux dont on ne sait vraiment celui de plus forte dangerosité :

« D’une part, l’invasion acridienne et ses dégâts immédiats, massifs mais passagers (références : 2000 ans d’histoire, de science et de religion ; cf. les grands livres) ;

« D’autre part les épandages à grande échelle de substances chimiques « dont personne ne voulait plus » et dont les retombées pernicieuses font craindre des risques à long terme tant sur la santé des populations spatialement concernées que sur la pérennité des écosystèmes par résidus et rémanence ;

« Loin des lignes de front, la MEEM propose une méditation sur le sujet, étayée d’un bouquet de données d’origines diverses et de toutes confessions.

« En nos qualités d’écologues et de penseurs, sans aucune prétention de détenir la solution mais strictement par souci d’animer un débat transparent en provoquant quelques interrogations légitimes, nous sommes interpellés par un double paradoxe. […] »

Lire le texte



Haut de page