logo du GERES


logo du GERES

FORUM & TRIBUNE




Emplacement d'Aouinet Torkoz

Emplacement d'Aouinet Torkoz
Cliquez ici pour voir les cartes


L'Oeuvre marocaine
de J.B. Panouse,
par  Jacques Bons




   
Echange de mails sur les thèmes :
"Désastre et désertification galopante..."
et "J'ai vu l'horreur des souks de Marrakech..."

têtes et peaux de gazelles et de mouflons à manchettesDobs empaillés au souk de Marrakech
Têtes et peaux d'espèces protégées : Mouflons à manchettes, Gazelles dorcas, Gazelles de Cuvier  et Fouettes-queue empaillés! © Michel Aymerich

Mise en scène: Vipère morte "avalant" un oeuf, cobras condamnés à mort!
Mise en scène macabre : à gauche, Vipère heurtante morte "avalant"
un oeuf  et Cobras condamnés au même triste sort... 
© Jean Delacre

1) From: michel AYMERICH
To: Jean Delacre
Sent: Friday, July 29, 2005 1:40 PM
Subject: Re: PICT0008.JPP

Bonjour Jean,

Merci pour les deux belles photos... J'ai également ajouté un certain nombre de mes photos sur les deux sites (GERES et GEOS), ainsi que des photos de Philippe Geniez. Beaucoup d'autres s'ajouteront que je n'ai pas encore eu le temps de mettre en ligne...

Je repars au Maroc le 12 août, en bus! J'arriverai le 14 à Agadir, puis je circulerai en bus ou en taxi collectif pour me rendre à trois ou quatre destinations choisies et réaliser de nouvelles photos. Il y a en effet des espèces que je compte rephotographier (en fait toutes) afin d'avoir des photographies encore meilleures et des espèces nouvelles à photographier. Je pense rester environ trois semaines. Comment s'est passé ton séjour? Quelles espèces, as-tu pu rencontrer et photographier? Comment vont Michel et Saïd? [...] 
Nous sommes en train de chercher des subventions, car l'argent est ce qui nous manque le plus. Ensuite, je pense que nous serons en bien meilleure position afin de lutter contre les réticences locales (celles de certaines populations) et afin de débloquer les choses en faveur de la conservation des espèces et des écosystèmes du Bas Draa. A propos, le rapport de stage de Rémy Ledauphin est disponible sur le Site du GERES.

Combien de temps encore restera Michel au Maroc? Sera t'il encore là quand je m'y rendrai?

A bientôt,  Michel

2) From: Jean Delacre
To: michel AYMERICH
Cc: Jean Delacre
Sent: Friday, July 29, 2005 3:37 PM
Subject: Re: PICT0008.JPG

Re,

Michel [Tarrier] rentre le 1 ou le 2 août.

J'ai beaucoup de photos concernant les lépidoptères, peu pour les reptiles qui ne se montraient pas (du moins de jour) vu la canicule et la sécheresse.

J'ai cherché V. monticola avec beaucoup d'ardeur, mais Michel avait cessé de les voir 15 jours avant mon arrivée.

Idem pour les couleuvres vipérines de l'Oukaïmeden très nombreuses également jusqu'à 15 jours avant mon arrivée.

[...] [T]outes les mises en défend [ont été ouvertes], et les endroits encore préservés aux moutons et caprins à tous vents.

Désastre et désertification galopante.

Le Moyen Atlas des papillons est mort.

J'en suis revenu abasourdi.

[...]

Reste le Rif, le haut Atlas et les sommets de plus de 3000 m !!!!!!

J'ai vu l'horreur des souks de Marrakech avec la vente de Grands duc, Aigles,  Faucons, Hérissons, Fouette-Queue, Caméléons, et j'en passe ....

Nous avons été à la Sureté de l'Etat, qui nous a confirmé que même si c'était interdit, aucune instruction n'a JAMAIS été donnée [...], et que, qu'elles que soient les Conventions signées, JAMAIS le moindre procès verbal n'a été dressé, JAMAIS la moindre saisie n'a été opérée, et qu'il en serait ainsi pour l'éternité !!!

Un jeune grand duc vivant dans une cage de canari plus petite que lui, nous implorait de le libérer!

Pauvres d'eux.

L'homme est une belle crapule.

[...]

Nous savons donc que nos combats sont vains dans ce Pays.

[...]

Comme toi, tu aimes le désert, tu ne sera pas trop concerné.

Pour les papillons, c'est un cataclysme majeur.

Tout çà en deux ans !!!!!

Je t'envoie séparément un[e] ou deux [photos de] reptiles.

Bien à toi.

Le 29-juil.-05 à 13:40, michel AYMERICH a écrit :

Bonjour Jean,

Merci pour les deux belles photos... J'ai également ajouté un certain nombre de mes photos sur les deux sites (GERES et GEOS), ainsi que des photos de Philippe Geniez. Beaucoup d'autres s'ajouteront que je n'ai pas encore eu le temps de mettre en ligne...

Je repars au Maroc le 12 août, en bus! J'arriverai le 14 à Agadir, puis je circulerai en bus ou en taxi collectif pour me rendre à trois ou quatre destinations choisies et réaliser de nouvelles photos. Il y a en effet des espèces que je compte rephotographier (en fait toutes) afin d'avoir des photographies encore meilleures et des espèces nouvelles à photographier. Je pense rester environ trois semaines. Comment s'est passé ton séjour? Quelles espèces, as-tu pu rencontrer et photographier? Comment vont Michel et Saïd? [...]
Nous sommes en train de chercher des subventions, car l'argent est ce qui nous manque le plus. Ensuite, je pense que nous serons en bien meilleure position afin de lutter contre les réticences locales (celles de certaines populations) et afin de débloquer les choses en faveur de la conservation des espèces et des écosystèmes du Bas Draa. A propos, le rapport de stage de Rémy Ledauphin est disponible sur le Site du GERES.

Combien de temps encore restera Michel au Maroc? Sera t'il encore  là quand je m'y rendrai?

A bientôt, Michel
3) From: michel AYMERICH
Sent: Friday, July 29, 2005 4:38 PM
Subject: Envoi d'un message : dossiers

Bonjour,

Cliquez sur le lien ci-dessous, sans oublier de lire d'abord le mail de Jean Delacre ci-dessous...

Vous le constaterez: le Maroc, haut lieu du tourisme, "pays des merveilles", "pays des mille et une nuits", et j'en passe, est devenu un enfer pour les espèces et les écosystèmes. Naïfs sont ceux qui disent : "résolvons les problèmes des hommes d'abord", car les retombées de ce que décrit Jean Delacre sont déjà visibles sur les hommes. Parmi certaines de ces retombées négatives, on peut compter le cynisme et l'indifférence qui tous deux déshumanisent, sans parler des retombées pour la santé humaine (physique et psychique...).    

2. Dossier : Folklore, mythes et exploitation des animaux en Afrique du Nord
   Raccourci vers : http://geres-asso.org/dossiers.html

Re,

Michel [Tarrier] rentre le 1 ou le 2 août.

J'ai beaucoup de photos concernant les lépidoptères, peu pour les reptiles qui ne se montraient pas (du moins de jour) vu la canicule et la sécheresse.

J'ai cherché V. monticola avec beaucoup d'ardeur, mais Michel avait cessé de les voir 15 jours avant mon arrivée.

Idem pour les couleuvres vipérines de l'Oukaïmeden très nombreuses également jusqu'à 15 jours avant mon arrivée.

[...] [T]outes les mises en défend [ont été ouvertes], et les endroits encore préservés aux moutons et caprins à tous vents.

Désastre et désertification galopante.

Le Moyen Atlas des papillons est mort.

J'en suis revenu abasourdi.

[...]

Reste le Rif, le haut Atlas et les sommets de plus de 3000 m !!!!!!

J'ai vu l'horreur des souks de Marrakech avec la vente de Grands duc, Aigles,  Faucons, Hérissons, Fouette-Queue, Caméléons, et j'en passe ....

Nous avons été à la Sureté de l'Etat, qui nous a confirmé que même si c'était interdit, aucune instruction n'a JAMAIS été donnée [...], et que, qu'elles que soient les Conventions signées, JAMAIS le moindre procès verbal n'a été dressé, JAMAIS la moindre saisie n'a été opérée, et qu'il en serait ainsi pour l'éternité !!!

Un jeune grand duc vivant dans une cage de canari plus petite que lui, nous implorait de le libérer!

Pauvres d'eux.

L'homme est une belle crapule.

[...]

Nous savons donc que nos combats sont vains dans ce Pays.

[...]

Comme toi, tu aimes le désert, tu ne sera pas trop concerné.

Pour les papillons, c'est un cataclysme majeur.

Tout çà en deux ans !!!!!

Je t'envoie séparément un[e] ou deux [photos de] reptiles.


Bien à toi

4) From: Michel Couillaud
To: michel AYMERICH
Sent: Friday, July 29, 2005 6:12 PM

Subject: RE: Envoi d'un message : dossiers

Ces observations et vos commentaires sont très intéressants. Tout ceci est horrible!

Je fais des constats analogues dans nos montagnes d'auvergne!! mais je ne suis pas spécialiste.

Pour conforter nos observations, je vous invite donc un jour à visiter nos contrées (nous gérons des chambres d'hotes avec jardin bio).

Pour la première fois depuis mon enfance, j'ai vu hier des sauterelles qui volaient sous mes pas!! Mais il s'agissait d'une zone éloignée en Aveyron et inaccessible à l'agriculture moderne.

En ce qui concerne le sud marocain, notre projet est en "stand by": il faut attendre la fin des vacances.

cordialement
michel couillaud

5) From: EL ASBAHANI Abdelhafed
To: aymerich.michel
Cc: eabdelhafed
Sent: Saturday, August 06, 2005 1:10 AM

Subject: Réponse à votre dernier email

Bonjour Michel;

J'ai bien reçu votre dernier email sur l'exploitation de la faune du Maroc et sur l'état désastreux auquel est soumis notre faune ce qui menace bon nombre d'espèces animales de déperdition irréversible. La problématique réside dans le fait que pour essayer de convaincre les gens il faut changer toute une morale et favoriser voir planter chez eux une culture d'écologie et d'environnement. Excepté les spécialistes dans ce domaine (Scientifiques, Ecologistes, ...) nul ne peut prétendre connaître parfaitement le milieu environnant, les droits de l'environnement et la situation actuelle qui ne fait que s'aggraver menaçant grand nombre d'écosystèmes vulnérable de dégradations continues qui s'ajoutent aux problèmes de pénurie en eau auquel est confronter notre pays et qui ne fait que s'aggraver lui aussi. La solution à mon avis c'est d'abord agir à plusieurs niveaux:

- Présenter au public et aux gens (la population) l'état actuel, les pertes et les menaces que représentent la dégradation des écosystèmes si rien n'est fait;

- Favoriser et diffuser chez les population une culture d'écologie et de sauvegarde de l'environnement en intégrant les sciences de l'environnement et ses droits dans le programme éducatif actuel (scolaire, lycéen et universitaire) et dans les programmes diffusés par la radio télévision;

- Faire des réformes du côté législatif interdisant l'exploitation et la surexploitation des espèces animales et même végétales. Ceci revient à forcer le contrôle et à convaincre les gens qu'il s'agit de richesses irrécupérable qui sont en train de s'épuiser;

- Introduire enfin la notion du développement durable comme vrai facteur de développement continue et à long terme.

Malheureusement, l'exploitation actuelle des espèces animales revient à plusieurs raisons :

- Il y a tout d'abord la pauvreté et l'ignorance et la maladie qui pousse les gens à chercher dans la chasse et la poursuite de ces animaux une source de revient non négligeable (surtout par les herboristes traditionnels qui cherchent toujours ces animaux pour en tirer bonne partie et compléter leurs recettes traditionnelles médicinales qu'ils suggèrent aux touristes bien qu'elles soient banales et dépassées);

-  la négligence de la population de la situation y compris les touristes qui acceptent toujours d'acheter les cadavres de ces animaux pour une raison ou une autre;

- La cueillette de certains spécimens demandés rien que pour en faire une collection ou compléter une autre;

- l'absence d'un cadre législatif sévère interdisant l'exploitation de ces animaux.

En vous remerciant pour votre intérêt à la situation écologique de notre pays, veuillez agréer, Monsieur michel,  l'expression de mes salutations les meilleures.

NB: Je n'ai pas encore reçu la documentation perdue sur les Scorpionides.

6) From: michel AYMERICH
To: Jean Delacre
Cc: michel tarrier ; Lahcen Mahraoui ; remy ledauphin ; Brahim Hankach
Sent: Saturday, August 06, 2005 2:35 AM

Subject: Fw: Réponse à votre dernier email

Bonjour,

Voici ci-dessous une réponse bien sympathique au mail de Jean que j'avais envoyé à un certain nombre de personnes. Je pense que les remarques de M El Asbahani sont tout à fait pertinentes et qu'il nous faut intervenir dans le sens indiqué...

Amitiés, Michel

7) From: michel AYMERICH
Sent: Saturday, August 06, 2005 1:27 PM

Subject: Un mail encourageant du Maroc

Bonjour,

J'envoie à toutes les personnes qui s'intéressent de près ou de loin (?) à la situation écologique du Maroc une réponse bien sympathique (voir ci-dessous) au mail de Jean Delacre que j'avais envoyé avec un commentaire à un certain nombre d'entre-vous. Je pense que les remarques de M El Asbahani sont tout à fait pertinentes et qu'il nous faut intervenir dans le sens indiqué...

Certains d'entre-nous vont au Maroc, d'autres connaissent des personnes faisant du tourisme dans ce pays. Or, force est de constater que trop nombreux sont encore les touristes qui encouragent sous une forme ou une autre des pratiques destructrices de la faune, de la flore et des écosystèmes. Nous avons déjà élaboré une Charte du respect des espèces et des écosystèmes disponible sur le Site Internet du GEOS (association partenaire du GERES)...

Donnez-nous votre avis sur son contenu et si vous êtes d'accord, n'hésitez pas à la signer et à la faire connaître...

Ecrivez-nous également vos impressions sur le contenu du mail de M El Asbahani et SVP n'hésitez-pas à vous engager à un niveau ou à un autre (ce peut être à un petit niveau...), la situation au Maroc est, hélas, urgente...

Michel Aymerich

8) From: michel AYMERICH
To: EL ASBAHANI Abdelhafed
Sent: Saturday, August 06, 2005 1:37 PM

Subject: Fw: Un mail encourageant du Maroc

Bonjour,

Merci de votre réponse que je trouve très encourageante... Je l'ai envoyé à quelques personnes...

Je n'ai pas encore envoyé les différents articles sur les scorpions du Maroc, veuillez m'en excuser. Je vais le faire avant mon départ.

A propos, d'ores et déjà quelques articles sont disponibles sur le Site du GERES, ainsi que la liste la plus complète (jusqu'à ce jour) de scorpions du Maroc. L'ouvrage de Max Vachon est également accessible à partir du Site...

A bientôt, Michel Aymerich

To: michel AYMERICH
Sent: Saturday, August 06, 2005 4:18 PM

Subject: Re: Un mail encourageant du Maroc

La lettre de Monsieur El Asbahani m'amène quelques réflexions :

Je préfère reprendre son texte :

La problématique réside dans le fait que pour essayer de convaincre les gens il faut changer toute une morale et favoriser voir implanter chez eux une culture d'écologie et d'environnement. Excepté les spécialistes dans ce domaine (Scientifiques, Ecologistes, ....) nul ne peut prétendre connaître parfaitement le milieu environnemental, les droits de l'environnement et la situation actuelle qui ne fait que s'aggraver menaçant grand nombre d'écosystèmes vulnérables de dégradations continues qui s'ajoutent aux problèmes de pénurie en eau auquel est confronter notre pays et qui ne fait que s'aggraver lui aussi.

changer toute une morale : vaste entreprise qui ne concerne pas uniquement l'écologie...

La solution à mon avis c'est d'abord agir à plusieurs niveaux:

- Présenter au public et aux gens (la population) l'état actuel, les pertes et les menaces que représentent la dégradation des écosystèmes si rien n'est fait;

Présenter au public : compte tenu de l'importance de la population du monde rural au Maroc qui est capable de ça et comment ???

- Favoriser et diffuser chez les populations une culture d'écologie et de sauvegarde de l'environnement en intégrant les sciences de l'environnement et ses droits dans le programme éducatif actuel (scolaire, lycéen et universitaire) et dans les programmes diffusés par la radio télévision;

Programme éducatif : j'émets beaucoup de doute sur la capacité du corps enseignant à ce sujet. J'ai de multiples exemples où les abords de certaines écoles du bled sont de vraies poubelles... Les enseignements ne devraient-ils pas déjà commencer par donner l'exemple au village dont l'école dépend ? et les inspecteurs de l'enseignement, pourquoi n'interviennent-ils pas lors de leur tournée ?

- Faire des réformes du côté législatif interdisant l'exploitation et la surexploitation des espèces animales et même végétales. Ceci revient à forcer le contrôle et à convaincre les gens qu'il s'agit de richesses irrécupérables qui sont en train de s'épuiser;

Réformes du côté législatif : vaste programme mais ce n'est pas impossible, exemple :

Dans le Sud tunisien, il y a une dizaine d'années, a été découvert un site avec des os de dinosaures. Dans le mois qui a suivi, une loi était promulguée comme quoi il était interdit, sous peine d'amendes et d'emprisonnement, de fouiller, détenir, transporter, commercialiser ou d'exporter tout ce qui pouvait avoir trait aux os de dinosaures... Les premiers visés n'étaient pas les touristes (qui ont toujours le dos large) mais bel et bien les Tunisiens.

Je me souviens d'une époque où le tourisme au Sahara algérien battait son plein, à l'aéroport de Djanet (Tassili des Ajjers) les bagages des touristes étaient systématiquement fouillés, rien (silex taillés, animaux, plantes, etc.) n'avait le droit de sortir de cette zone (parc national). On obligeait même les touristes à vider le sable qu'ils voulaient emporter avec eux...
En Libye, avec beaucoup de retard, les autorités ont décidé de faire parfois fouiller les véhicules à la sortie du pays à cause du pillage des gravures rupestres...
Au Maroc, il ne me semble pas avoir remarqué jusqu'à aujourd'hui quelque chose qui ressemble à ces mesures...
De toute façon, la corruption est telle que je me demande bien comment les autorités s'y prendraient pour faire respecter une loi quelconque...

- Introduire enfin la notion du développement durable comme vrai facteur de développement continu et à long terme.

Malheureusement, l'exploitation actuelle des espèces animales revient à plusieurs raisons :

- Il y a tout d'abord la pauvreté et l'ignorance et la maladie qui poussent les gens à chercher dans la chasse et la poursuite de ces animaux une source de revient non négligeable (surtout par les herboristes traditionnels qui cherchent toujours ces animaux pour en tirer bonne partie et compléter leurs recettes traditionnelles médicinales qu'ils suggèrent aux touristes bien qu'elles soient banales et dépassées);

-  la négligence de la population de la situation y compris les touristes qui acceptent toujours d'acheter les cadavres de ces animaux pour une raison ou une autre;

Ce dernier développement renvoie au début de l'intervention : changer toute une morale...

La majorité des touristes circulant au Maroc le fait par l'intermédiaire des agences... ne pensez-vous pas que c'est d'abord le personnel de ces mêmes agences qui devraient intervenir plus souvent... mais s'ils se mettent à réglementer auprès des touristes l'achat de ce qui est "achetable officiellement", leur commission risque d'en "prendre un coup"...

A-t-on un jour entendu parlé d'un ministère de l'Ecologie au Maroc?

- La cueillette de certains spécimens demandés rien que pour en faire une collection ou compléter une autre;

- l'absence d'un cadre législatif sévère interdisant l'exploitation de ces animaux.

D'après vous, pourquoi, sur certaines grandes routes de l'Atlas, on ne voit plus aucun écureuil de Barbarie courir dans les rochers ? Je me souviens, il y a plus de 30 ans, on voyait partout des gosses proposer ces écureuils vivants à la vente. Le premier scientifique marocain observant ce manège devait bien en déduire qu'un jour ces écureuils allaient disparaître de certaines régions...

Je crois que la seule législation qui a été promulguée et qui semble observée pour cause de fortes amendes, c'est le commerce pour tout ce qui touche à la hyène (dont la dépouille intervient dans beaucoup de pratiques de la magie)...

Cette information m'a été communiquée par un Marocain; il serait intéressant de connaître ce qu'il en est exactement...

En vous remerciant pour votre intérêt à la situation écologique de notre pays, veuillez agréer, Monsieur Michel,  l'expression de mes salutations les meilleures.

Merci de votre attention

Jacques Gandini, auteur des guides Pistes du Maroc

11) From: michel AYMERICH
To: Editions Extrem-Sud
Sent: Saturday, August 06, 2005 11:36 PM

Subject: Re: Un mail encourageant du Maroc

Bonjour M Gandini,

Merci beaucoup pour votre mail. Celui de Monsieur El Asbahani et le vôtre témoignent à mon sens de quelque chose de très important: l'intérêt pour ces questions et la recherche de solutions. Que cela se fasse parfois en tâtonnant et dans la polémique constructive, c'est plus que normal, c'est nécessaire. J'envisage de publier ces différents mails et commentaires sur le Site du GERES avec l'accord de chacun bien sûr (si besoin est en masquant le nom). Ce seront autant d'idées qui seront mises en circulation  afin de stimuler la réflexion et aider à trouver, à définir, à préciser, à affiner les interventions nécessaires. Concernant la législation, c'est en effet un problème. Le Maroc a signé officiellement des conventions, a adopté des lois, etc., mais les autorités ne les font pas respecter. Je propose un listage des exemples qui démontrent la passivité des autorités, lesquelles ne font même pas respecter la législation existante...

Des observateurs pourraient en leur nom ou anonymement témoigner de qu'ils ont vu, où et quand. Ces témoignages seraient publiés ensuite sur le Site. Je vais aussi réfléchir à l'élaboration d'un fascicule qui pourrait être diffusé dans les agences. Il restera à trouver le financement...

Très cordialement, Michel Aymerich

12) From: Editions Extrem-Sud
To: michel AYMERICH
Sent: Sunday, August 07, 2005 7:19 AM

Subject: Re: Un mail encourageant du Maroc

Salut ami

Pas question de passer mon texte anonymement...

La raison est simple : c'est qu'il a des Marocains qui ont fait les mêmes constats que moi et qui pensent comme moi...

Je parle de Marocains qui ont souvent des postes importants comme gouverneur par exemple...

Certains voudraient bien agir ou commencent à agir mais c'est tout le système et surtout les mentalités qu'il faudrait d'abord changer... Vaste programme...

Il faut signaler quand même qu'il y a des organisations de scouts marocains qui interviennent parfois sur le terrain surtout au niveau du "nettoyage"... j'ai vu ça une fois dans une petite ville de l'Atlas (Aghbala)... Cela faisait drôle de voir ces gosses, garçons et filles, en tenue, maniant pelles, râteaux, balais, brouettes et sacs, pour nettoyer la place et la rue principale devant tous les bonshommes du village assis aux terrasses des cafés à les regarder...

Ces organisations, c'est peut-être une voie à étudier...

Il y a aussi parfois des campagnes de ramassage de sacs plastique noir...

Je crois également avoir remarqué dans la presse qu'il y a des interventions d'associations sur le terrain et sur les plages pour assurer un certain nettoyage...

Une certaine presse (les hebdomadaires Tel Quel, le journal hebdomadaire, entre autres) n'hésite pas à signaler ce genre d'action en mettant en évidence l'incurie des municipalités et des organismes d'état. Pourquoi ne pas les contacter...

Les associations ce n'est d'ailleurs pas ce qui manque au Maroc... Les gens, voyant que l'Etat ne fait pas grand chose, commencent à se bouger... Il suffit de chercher sur Internet, chaque village du bled a maintenant son association...

Cherchez tous les sites berbères, vous verrez qu'ils sont très réceptifs dès qu'on leur parle de l'incurie de l'Etat et qu'ils voient que des Européens s'intéressent au bien être de leur communauté... sans parler des associations d'émigrés en Europe qui se bougent pour leur village... C'est sûrement un moyen de leur faire prendre conscience des problèmes qui vous occupent...

D'autre part, je ne crains pas grand chose au Maroc... mes guides sont reconnus par plusieurs ministères pour la qualité de ce qu'ils contiennent. D'ailleurs, je ne me gène pas pour y signaler ce que je pense sur certaines choses que je constate sur le terrain...

A propos, avez vous retrouvé l'info comme quoi les Algériens avaient suspendu la production des sacs d'emballage en plastique noir ?

Cordialement

J. G

13) From: Jean Delacre
To: michel AYMERICH
Cc: Jean Delacre
Sent: Sunday, August 07, 2005 9:12 AM

Subject: Re: Un mail encourageant du Maroc

En fait, la MEEM, le GERES, le GEOS, si on en lit bien les textes fondateurs et les buts éducatifs, étaient et sont une réponse à ce besoin de communication, ce besoin de faire changer les mentalités, et faire prendre conscience aux populations que leurs richesses animale et végétale DOIVENT être préservées, car "épuisables", en grand danger, et appartenant au patrimoine mondial.
Mais, bon, ce n'est pas la "priorité" des autorités marocaines.
Nous connaissons la problématique, nous avons les réponses, mais c'est AVANT tout les autorités que nous devons convaincre, car sans eux, nous crions dans le vide.
[...]
Il y a donc des mentalités à tous les niveaux à faire changer.

14) From: michel AYMERICH
To: Jean Delacre
Cc: Editions Extrem Sud ; Lahcen Mahraoui ; remy ledauphin ; michel tarrier
Sent: Sunday, August 07, 2005 2:10 PM

Subject: Fw: Un mail encourageant du Maroc

Bonjour Jean,

Ci-dessous une nouvelle réaction très constructive de Jacques Gandini. Je pense comme lui qu'il nous faut essayer de travailler avec des associations marocaines, etc.

Dans les conditions de l'existence d’activités locales ici et là au Maroc en faveur de l'environnement, etc., [personne, aucun représentant des autorités ] pourra [...] arguer qu'il n'existe pas d'interlocuteurs. Ceci d'une part. D'autre part, il ne FAUT PAS ATTENDRE que des ministres [et/ou d'autres représentants des autorités] soient convaincus.

D'ailleurs, il n'est pas prouvé (je pense que c'est plutôt l'inverse qui l'est) qu'un ministre [ou tout autre représentant de la loi...] même "convaincu" puisse faire grand chose. Ce serait bien sûr déjà quelque chose, mais un ministre [ou un autre représentant des autorités] ne change pas tout un système, un peuple oui! En bref, il est/serait très important et sans doute plus important que des citoyens organisés en associations et/ou autres organisations agissent, interviennent dans le même sens que le nôtre brisant du même coup notre isolement relatif.

Là, nous pouvons ensemble, MEEM, GERES, GEOS, etc., intervenir en informant des citoyens, en aidant des associations à agir. Nous pouvons aider, par ex., en définissant certaines priorités, établies sur un constat d'urgence fondé par l'observation et l'analyse. En ce sens, il nous faut devenir plus "professionnels" tout en conservant comme la prunelle de nos yeux notre passion et notre intégrité morale. J'entends par "professionnels', définir plus précisément des projets concrets à mettre en oeuvre et rechercher les acteurs avec lesquels nous pouvons réaliser ces projets qui auraient alors valeur d'exemple et pourraient provoquer un effet d'imitation salutaire...

Tes photos de ces pauvres cobras et vipères heurtantes dont cette vipère morte présentée frauduleusement comme étant en train d'avaler un oeuf sont révoltantes. On pourrait, en plus de l'argumentation écologiste démontrant que ces deux espèces sont menacées au Maroc, montrer le charlatanisme de ces prétendus "charmeurs" de serpents qui mentent et trompent leur public en entretenant l'ignorance. Or l'ignorance TUE! Combien encore au Maroc sont-ils les citoyens qui utilisent des moyens désastreux pour se "soigner"? Une étude sur les conséquences en matière de santé publique de la sorcellerie serait la bienvenue...

D'autre part, on aperçoit bien sur une de tes photos une touriste regardant à bonne distance un de ces charlatans maniant un cobra aux crochets probablement arrachés. Mais la brave touriste reste à bonne distance cultivant son ignorance et encourageant dans les faits ces pratiques révoltantes. Là aussi, il nous faudrait intervenir. Auprès des agences notamment, en informant de la situation sur cette place et dans les souks.

On pourrait imaginer également la vente (pas la distribution) sur la place Djemaa El Fnaa de petites brochures pas chères écrites en français, anglais, allemand, italien, espagnol, arabe. A cette occasion, un caméraman pourrait filmer les discussions qui s'engageraient à l'occasion de notre intervention. Cette action pourrait ensuite être montrée à la télévision dans différents pays... Les autorités [c'est à dire les personnes concrètes interpellées et non la totalité des responsables politiques du pays! ] seraient bien contraintes de réagir, soit en intervenant dans le sens demandé par nous, soit en minimisant la signification du scandale de la situation sur cette place et dans les souks. Dans ce dernier cas, moins favorable, il nous serait aisé de démontrer que les autorités [concernées] minimisent pour des raisons inavouables (corruption, vues à court terme, etc.) et OPPOSEES au développement durable...

Que devient Michel? Est-il revenu du Maroc?
Michel

15) From: "edithannie vohlsarrola"
To: aymerich.michel
Sent: Sunday, August 07, 2005 2:14 PM

Subject: FW: Trans. : Un autre monde
 

J'ai bien  reçu vos messages que je transmets à tous mes amis, il y en beaucoup qui vivent encore au Maroc, qui y retournent .....

Bravo d'avoir le courage d'essayer de faire quelque chose pour ce beau pays .....
Voilà une très belle chanson qui rejoint un peu votre état d'esprit ....

[...]

edit

16) From: "Jean Delacre"
To: "michel AYMERICH"

Cc: "Jean Delacre"
Sent: Sunday, August 07, 2005 8:52 PM

Subject: Re: Trans. : Un autre monde

Voilà une nouvelle association dont Michel et moi faisons partie, et qui bouge à Ifrane.
http://users.skynet.be/jdelacre/tizguite/index.html

17) From: "michel AYMERICH"
Sent: Tuesday, August 09, 2005 3:02 PM

Subject: Re: Trans. : Un autre monde

 Bonjour,

 Ci-dessous, en réponse au dernier mail, un mail de Jean Delacre contenant un lien vers une Association marocaine qui entreprend de défendre le Val d'Ifrane (en grand danger!!!)

 SVP, faites la connaître (ainsi que les liens ci-dessous) à vos amis marocains, ainsi qu'à vos amis qui se rendent au Maroc.  Indiquez-nous également l'existence d'autres associations similaires afin que nous puissions les contacter et échanger informations et expériences et ce afin d'oeuvrer de concert dans le sens qui nous anime...  Aimer ce pays, ce doit être aussi d'être honnêtement révolté par les destructions considérables des écosystèmes et l'extinction des espèces dans ce pays, destructions et extinction aux retombées incalculables sur les HOMMES également. Certes, le touriste débonnaire qui ne s'intéresse à rien d'autre qu'à consommer son voyage est le touriste idéal pour ceux qui se contentent d'empocher.

Pourtant quelle vue à court terme! Pourquoi les touristes reviendraient-ils dans un pays dont ils disent (je l'ai entendu si souvent...) qu'il est sale parce que pollué par des millions de sacs en plastiques, de bouteilles, etc.

 Au Maroc, les forêts disparaissent à grands pas, le couvert végétal disparaît à grande vitesse, la désertification progresse, l'eau est de plus  en plus polluée, les nappes phréatiques sont touchées ou menacées, etc., etc.

Quel "développement" dans ces conditions?  Le développement peut-il être autre chose qu'un développement durable? Un développement qui implique de combattre systématiquement TOUTES les causes de la destruction de ce qu'on appelle la nature. Une nature dont on oublie si souvent que ce n'est pas parce qu'on n'est pas un "amoureux de la nature" et habite une ville et qu'on ne voit quotidiennement que des hommes/femmes et des espèces domestiques qu'elle cesse d'exister réellement pour soi. L'oubli de la nature, c'est la grande erreur. Les conséquences sont ensuite incalculables.

Je suis effaré de constater à quel point trop souvent dans les discussions politiques d'apparence sérieuse, le thème, non la réalité incontournable de la nature est occultée, volontairement ignorée. C'est un peu comme des poissons rouges qui discutant "le plus sérieusement du monde" de leurs conditions de vie, ne discuteraient que de la qualité de l'eau de leur bocal et des dimensions de celui-ci, oubliant le fait que leur bocal se trouve sur une table étroite placée sur un sol incliné dans une maison construite sur une zone sujette à des séismes et dans laquelle des vandales opèrent un saccage, dont un (et pas des moindres) serait de déverser des polluants dans l'eau de la rivière voisine, laquelle sert à l'alimentation de l'eau de la maison...

 Michel Aymerich

 ----- Original Message -----
 From: "Jean Delacre"
 To: "michel AYMERICH"
 Cc: "Jean Delacre"

 
Sent: Sunday, August 07, 2005 8:52 PM
Subject: Re: Trans. : Un autre monde

Voilà une nouvelle association dont Michel et moi faisons partie, et qui bouge à Ifrane. 


 
http://users.skynet.be/jdelacre/tizguite/index.html

18) From: "Daisy Tarrier"
Sent: Monday, August 01, 2005 2:30 PM
Subject: vente d'espèces menacées Maroc

 Bonjour,

 Je viens de rentrer du Maroc où j'ai découvert avec stupeur, l'utilisation faites des espèces sauvages, pour certaines protégées. Bien qu'habituée à ce genre de chose, mon indignation - il n'y a pas d'autres mots - me pousse à chercher à comprendre ce que le WWF et TRAFFIC peuvent faire et font pour empêcher ces agissements pourtant condamnés dans les conventions internationales signées par le Maroc !!

 En effet, lors d'une balade dans les souks de Marrakech, j'ai vu dans des cages minuscules des Grands duc, Aigles,  Faucons, Fouette-queue, Caméléons, Tortues .... exposés à la vente. Et je vous passe les conditions de détentions abominables ! Et ce, sans compter le folklore traditionnel de la place Jama el Fna où l'on trouve (mort comme vivant) Varan du Désert, Couleuvre Aspic, Cobra et autres espèces que mon manque de compétences ne me permet pas d'identifier. On y voit aussi des singes, souvent maltraités, frappés !!

 Pour s'assurer des mesures qui étaient prises et « alerter » les autorités, nous sommes « en toute naïveté » allés à la Sûreté de l'Etat à Marrakech. Ces derniers nous ont expliqué que personne ne s'occupait de ça ici et que bien qu'ils connaissaient très bien les conventions signées et l'interdiction de ces pratiques jamais le moindre procès verbal n'a été dressé, jamais la moindre saisie n'a été opérée. [...]

Voilà, triste tableau.

J'aimerai bien comprendre, pourquoi nous en sommes encore là dans un pays  pourtant si près de nous, ce qui se fait concrètement pour lutter contre ces agissements et les moyens dont nous disposons.

 Merci.

 
Daisy TARRIER
 
WWF
www.loirenature.org

www.wwf.fr

19) From: "michel AYMERICH"
Sent: Wednesday, August 10, 2005 1:34 PM

Subject: Fw: vente d'espèces menacées Maroc

Bonjour,

Encore un nouveau mail reçu! VOIR ci-dessous...

Je vais me rendre au Maroc dans quelques jours. J'y vais pour réaliser des photographies d'espèces sauvages qui me manquent encore et qui viendront illustrer ouvrages et sites...

Dans le même temps, je sais par avance que je serai de nouveau indigné et fortement attristé comme à chaque fois que je me rends au Maroc par une série d'observations qui ne peuvent laisser indifférent. Des observations de la nature de celles que décrit ci-dessous Daisy Tarrier qui travaille pour le WWF.

TROP SOUVENT, ces pratiques sont attribuées à la pauvreté. Cette explication est largement insuffisante. J'ai vu et revu, constaté et constaté de nouveau que des trafiquants aux Porte-monnaie bien garnis faisaient commerce d'espèces protégées et traitaient nombre de représentants des diverses espèces dites "animales" (ce mot qui justifie tout, y compris l'indifférence...) dans le plus profond mépris sans aucun soucis de leur bien-être. Bien au contraire...

Ne pourrait-on pas écrire à l'ambassade du Maroc et demander qu'au moins les lois du Maroc soient appliquées? Je vais réfléchir à mon retour à un texte à rédiger (avec votre aide à tous) qui  pourrait être envoyé à l'ambassade du Maroc et à différents ministères, ainsi qu'à des représentants de la famille royale et au roi lui-même.

J'attends vos réactions et j'attends une copie éventuelle de vos mails ou lettres de protestation envoyées à l'ambassade ou à d'autres destinataires. Nous sommes les amis véritables du Maroc. Nous le sommes parce que nous ne restons pas indifférents et ne sommes atteints par aucune forme de cynisme. C'est notre force. Elle est morale.

Michel Aymerich

 PS: LISEZ SVP LE MAIL CI-DESSOUS ET ENVOYEZ-LE A D'AUTRES. Je sais par expérience à quel point il faut toujours de la lumière et ne jamais laisser les choses cachées à l'ombre. Alors dans ces conditions les choses peuvent bouger...

 ----- Original Message -----
 From: "Michel R. Tarrier"
 To: "Michel Aymerich" 
Sent: Wednesday, August 10, 2005 12:27 PM
 
Subject: Fw: vente d'espèces menacées Maroc

 
----- Original Message -----
 From: "Daisy Tarrier"
 To:
 Sent: Monday, August 01, 2005 2:30 PM
 Subject: vente d'espèces menacées Maroc

 Bonjour,

 Je viens de rentrer du Maroc où j'ai découvert avec stupeur, l'utilisation faites des espèces sauvages, pour certaines protégées. Bien qu'habituée à ce genre de chose, mon indignation -il n'y a pas d'autres mots- me pousse à chercher à comprendre ce que le WWF et TRAFFIC peuvent faire et font pour empêcher ces agissements pourtant condamnés dans les conventions  internationales signées par le Maroc !!

En effet, lors d'une balade dans les souks de Marrakech, j'ai vu dans des cages minuscules des Grands duc, Aigles,  Faucons, Fouette-queue,  Caméléons, Tortues .... exposés à la vente. Et je vous passe les conditions de détentions abominables !

Et ce, sans compter le folklore traditionnel de la place Jama el Fna où l'on trouve (mort comme vivant) Varan du Désert, Couleuvre Aspic, Cobra et autres espèces que mon manque de compétences ne me permet pasd'identifier. On y voit aussi des singes, souvent maltraités, frappés !!

 Pour s'assurer des mesures qui étaient prises et « alerter » les  autorités, nous sommes « en toute naïveté » allés à la Sûreté de l'Etat à Marrakech. Ces derniers nous ont expliqué que personne ne s'occupait de ça ici et que bien qu'ils connaissaient très bien les conventions signées et l'interdiction de ces pratiques jamais le moindre procès verbal n'a été dressé, jamais la moindre saisie n'a été opérée. [...]

 
Voilà, triste tableau.

J'aimerai bien comprendre, pourquoi nous en sommes encore là dans un pays pourtant si près de nous, ce qui se fait concrètement pour lutter contre ces agissements et les moyens dont nous disposons.

Merci.

Daisy TARRIER
WWF

www.loirenature.org

www.wwf.fr

20) From: Lola Deslauriers
To: michel.aymerich
Sent: Wednesday, August 10, 2005 3:55 PM

Cher cousin,

j'aimerais réagir à un petit morceau de phrase qui conclut le mail de Mme Tarrier: "pourquoi nous en sommes encore là dans un pays pourtant si près de nous"

Plus près de nous encore, dans notre propre pays, il y a des gens qui pratiquent la corrida, le trafic de fourrures de chiens et chats, la vivisection...

Un pays peut-être trop proche justement.

Cousine Lola

21) From: michel AYMERICH
To: Lola Deslauriers
Sent: Wednesday, August 10, 2005 4:48 PM

Subject: Re: mail de Daisy Tarrier

Bonjour cousine,

Attention, Daisy Tarrier travaille pour le WWF et non pour la SPA, laquelle, rappelons-le, est tout de même très forte, toute proportion gardée.

D. Tarrier parle d'espèces menacées, protégées par des conventions signées par le Maroc. Pourtant les autorités de ce pays laissent faire. Imagine des peaux de loups, d'ours, des rapaces rares et autres qui seraient vendus sur la place publique en France au vu et au su de tous et ce dans la plus grande indifférence nationale et internationale. Ces espèces, une fois disparues, le sont pour toujours. Il ne s'agit donc pas seulement de sensibilité pour des êtres vivants, bien que cette dimension soit très présente chez elle comme chez son père, mais aussi et surtout de sensibilité pour des espèces menacées.

La destruction de la faune et des écosystèmes au Maroc est PIRE qu'en France, c'est ce que me disait un spécialiste (et il n'est pas seul à le penser...) ayant travaillé longtemps dans un parc national en France et se rendant régulièrement au Maroc en tant que guide naturaliste.

En France, il existe de nombreuses associations qui luttent avec des succès inégaux contre l'exploitation animale, etc. Certes, nous sommes loin du compte et partant, nous ne sommes souvent pas assez crédibles auprès de ceux qui prétextent de ces manques pour laisser la situation empirer jusqu'à un point de non-retour au Maroc. Là-bas, concernant la protection des espèces et celle du respect de la vie dite animale, ils en sont aux balbutiements. Et le résultat est non seulement loin du compte, mais il est d'ores et déjà souvent dramatique et le devient également là où hier encore il paraissait acceptable. Il y a donc urgence, urgence, urgence!

Quant à la situation des espèces non menacées, telles que moutons, chèvres, dromadaires, ânes, chiens, et même chats et chevaux, elle est très fréquemment égale si ce n'est pire  que celle que tu décris par cette phrase : "Plus près de nous encore, dans notre propre pays, il y a des gens qui pratiquent la corrida, le trafic de fourrures de chiens et chats, la vivisection..."

C'est la triste réalité du Maroc, et il faut en prendre conscience afin d'aider à changer les choses dans ce  pays et ailleurs. Si on procède par exclusion de certains pays, comme on le fait bizarrement très fréquemment avec le Maroc, on reste dans un arbitraire déterminé par des considérations opportunistes.

Par ailleurs, heureusement qu'il y a des personnes qui regardent aussi au-delà des frontières nationales, lesquelles sont politiques, mais ne correspondent pas à la géographie des espèces.

Heureusement que Diane Fossey n'avait pas attendu pour parler des gorilles que corrida et vivisection soient abolies en Europe.

Heureusement qu'il existe toujours une américaine, nommée Jane Goodal, pour s'engager dans la défense des chimpanzés. Il y a peut-être et même certainement des africains qui raffolent de viande de brousse (les chimpanzés en font partie) pour aller se plaindre de la "yankee" que serait J. Goodal et "se mêle de ce qui ne la regarde pas" (sic). Ces hommes et ces femmes seront pourtant bien heureux que des "yankees", des "francaouis", etc. se lèvent pour exiger leur libération de geôles s'il advenait qu'ils y soient un jour injustement enfermés et ce dans des conditions abominables...

Là, on parlerait positivement de solidarité internationale. Eh bien, les écologistes ne connaissent  pas non plus de frontières, tout simplement parce que les espèces n'appartiennent à personne et se répartissent au mépris des frontières administratives... Des citoyens brésiliens n'ont AUCUN DROIT moral de bousiller la forêt amazonienne, tout bonnement parce qu'ils disposent de la nationalité brésilienne...

Les Tarrier (Michel et Daisy), Delacre, Aymerich, etc. sont des marocains par le coeur. Ils s'y rendent fréquemment et s'intéressent plus au Maroc dans tous les sens du terme que bon nombre de marocains de l'intérieur et de l'étranger. C'est ce qu'aime à dire avec affection le président de l'association GERES, Lahcen Mahraoui, qui est lui-même un franco-marocain qui s'investit beaucoup dans les deux pays et ne conçoit pas qu'on puisse opposer investissement en France et au Maroc.

C'est la grande force de notre association que d'être animée par des marocains, français de France et d'Espagne (M. Tarrier), belges et, j'espère, bientôt un etc.

A bientôt, Michel

22) From: Lola Deslauriers
To: michel.aymerich
Sent: Wednesday, August 10, 2005 11:06 PM

Subject: exégèse!

Cher cousin,

je crois que tu t'es quelque peu mépris sur le sens de mon mail.

Mon propos n'était pas d'induire une quelconque hiérarchie entre les différents combats en faveur des animaux (cf ton passage sur diane fossey, etc.), ce qui serait monstrueux et stupide: bien sûr que ce qui se passe au Maroc et ailleurs est révoltant et bien sûr qu'il faut s'en préoccuper dans l'immédiat, et ce sans attendre que soient réglés les histoires de corridas etc...

Mon propos n'était pas non plus de réduire les problèmes de défense des espèces à des préoccupations nationales, tous les hommes sont responsables de la terre et des êtres qui y vivent.

Sans vouloir introduire de polémique, ce qui m'a frappée dans la phrase que j'ai citée, c'est l'expression "si proche de nous", comme si les pays européens étaient des modèles en matière de respect des droits des animaux. Je voulais juste, en citant ces pauvres exemples, mais dont il existe des centaines en Europe et dans le monde, rappeler que nous sommes encore loin de respecter les animaux, où que ce soit et que le mépris de la vie sous toutes ses formes est bien ancré dans l'homme.

Par ailleurs, la phrase de Mme Tarrier semble induire que parce que les événements sont géographiquement proches de nous, on devrait en être d'autant mieux informés. Or il ne manque pas d'exemples d'événements proches sur lesquels nous sommes insuffisamment, faussement ou pas du tout informés, je pense que tu en sais quelque chose.

L'information n'est pas une question de géographie, c'est une question de volonté. Les gens se fichent éperdument qu'on torture des chiens à côté de chez eux, alors qu'on vende des caméléons séchés sur le souk de Marrakech!

Plus sérieusement, on peut rester sourd et aveugle a quelque chose qui se passe sur le pas de votre porte. Les allemands ont tout fait pour ne rien savoir sur les camps, il ont même fait semblant de croire que c'étaient des sanatoriums.

Je sais qu'on pourrait encore dire et écrire beaucoup, encore une fois, le propos n'était pas de remettre quoi que ce soit en cause et surtout pas la légitimité de votre engagement, c'était juste une remarque.

[...]

Cousine Lola







Haut de page