logo du GERES


logo du GERES

PRESSE MAROCAINE ET INTERNATIONALE



Emplacement d'Aouinet Torkoz

Emplacement d'Aouinet Torkoz
Cliquez ici pour voir les cartes


L'Oeuvre marocaine
de J.B. Panouse,
par  Jacques Bons



Quand la presse marocaine et internationale
partage les soucis du GERES!



6. ARTICLE. Journal : "L'opinion".  Maroc. 18/12/ 2005
Une véritable catastrophe guette le Maroc
Disparition annoncée des cédraies du Moyen Atlas

5. ARTICLE. Journal : "L'opinion".  Maroc. 07/12/ 2005
(Festival de l’arganier)
Histoire d’une destruction

4. ARTICLE.  Journal : "Le Matin". Maroc. 10/10/ 2005
Maroc : Le surpâturage fait des dégats

3. ARTICLE.  Journal : "TelQuel Magazine". Maroc.  28/04/ 2005
Environnement. La mafia de la Maâmora

2. ARTICLE. Journal : "La Gazette du Maroc". N°389- 11/10/ 2004
870 tonnes de pesticides périmés au Maroc

1. ARTICLE. Journal :"La Gazette du Maroc". N°390- 18/10/ 2004
Qui veut la peau du singe magot?



6. ARTICLE

Journal : L'opinion

  18 décembre 2005

Une véritable catastrophe
guette le Maroc

Disparition annoncée des cédraies du Moyen Atlas

    Le déboisement, la sécheresse et le pastoralisme intensif pourraient conduire d’ici 10 ans à l’extinction de la forêt de cèdre du Moyen Atlas, a affirmé M. Michel Tarier, expert à l’Institut scientifique de Rabat.

    M. Tarier, qui s’exprimait dans l’émission ’’Page magazine’’ diffusée jeudi par "Radio Médi 1", a souligné que "la forêt subit des coupes dans le sous bois où l’on détruit les petits chaînes verts formant l’essentiel de la futaie pour être ensuite exposée à l’élevage".

    L’expert scientifique a révélé que l’état des lieux actuel des cèdres du Moyen Atlas est "catastrophique" du fait qu’"il n’y a aucune mesure pour préserver cette richesse naturelle".
    [...]  LIRE L'ARTICLE!

5. ARTICLE

 
Journal : L'opinion

07 décembre 2005


(Festival de l’arganier)
Histoire d’une destruction

    L’arganier est un arbre qui n’existe nulle part ailleurs qu’au Maroc et un peu au Mexique. Il a pour domaine privilégié le sud du Maroc dans les provinces d’Essaouira, Chtouka Ait Baha, Tiznit, Taroudant et Agadir soit quelques 820 milles hectares. D’autres estimations parlent 830 milles et 21 millions d’arbres. Mais il n’y a pas de statistiques fiables. Aucune étude statistique n’existe à ce jour.
[...]

LIRE L'ARTICLE

4. ARTICLE

Journal : Le Matin

10 octobre 2005

Maroc : Le surpâturage fait des dégats

    Michel Tarrier, écologue, consultant à l'Institut scientifique de Rabat dresse le bilan de l'écosystème marocain :

    Quintessence du réservoir génétique abritant les deux tiers des plantes et un bon tiers des espèces animales, le domaine forestier marocain est l'élément fondateur de la richesse écologique du pays, puisqu'en son sein s'élaborent les grands cycles de l'eau, ressource précieuse. Vouloir dissocier une essence forestière naturelle de sa biodiversité contextuelle vieille de centaines de milliers d'années est la vue de l'esprit coupable de la perte des forêts, tel que l'enseigne admirablement Abdelmalek Benabid, professeur à l'Ecole nationale forestière d'ingénieurs de Rabat- Salé.

    Les espèces végétales et animales vivent en communauté. Ainsi, le forestier qui ne travaille pas avec, travaille contre. Il désosse, il déconstruit la forêt qui n'est pas une mine, il désintègre l'écosystème en éliminant des composants. [...]

LIRE l'ARTICLE

3. ARTICLE

2005 TelQuel Magazine. Maroc.
Jeudi 28 Avril 2005

Environnement. La mafia de la Maâmora

Par Abdellatif El Azizi

    De Sidi Yahia à Tiflet en passant par Kénitra, les bûcherons clandestins s’appliquent à dépecer la forêt de la Maâmora sous l’œil impuissant (voire complice) des autorités. Enquête.

    Le 5 février 2005, les gendarmes de Sidi Slimane ont procédé à l’arrestation d’un conseiller municipal et de plusieurs de ses complices, dont le chauffeur d’un camion bourré de bois subtilisé dans la forêt entourant Dar Bel Amri. Pour un trafiquant arrêté, combien sont passés entre les filets ? Les "gamarras", surnom donné à ces voleurs de bois par la population de la région sont pourtant bien organisés. Leurs circuits sont bien huilés, leurs horaires parfaitement adaptés et leurs couvertures solides. On soupçonne notamment de grosses pointures, parlementaires et autres notables de la région de couvrir ce trafic moyennant des royalties plus que confortables. Si le trafic a notablement diminué depuis quelques années, il n’en reste pas moins que le trafic de bois, l’assassinat programmé de la forêt de la Maâmora est bien entamé. [...]

Lire l'article


2. ARTICLE

La Gazette du Maroc

N°389- 11 octobre 2004

870 tonnes de pesticides périmés au Maroc

    Par Olivier Asselin

     Déchets toxiques

    Sur l’ensemble du territoire du Royaume - comme ailleurs en Afrique et dans le monde - des tonnes de pesticides périmés laissés à l’abandon représentent un grave danger pour la santé des populations et l’environnement. Dans le cadre d’un programme d’envergure internationale, le gouvernement marocain s’engage à y faire le ménage. […]

    L’odeur est insoutenable, elle vous prend à la gorge et vous empêche de respirer. Certains résidents d’Aïn Chegag, ville de 15.000 âmes située à 25 kilomètres au sud de Fès, s’en plaignent depuis des années. Cette odeur, c’est celle des quelque 2.100 litres de pesticides périmés entreposés au centre de Travaux agricoles (CT) installé aux abords d’un quartier résidentiel. “Si vous cherchez aujourd’hui, vous en trouverez beaucoup moins”, affirme Mohammed Lahkin Bennani, ingénieur au CT. C’est que les produits en question se trouvent dans des fûts tellement corrodés qu’ils laissent s’écouler leur contenu. “Heureusement, ici la nappe phréatique est à une profondeur de plus de 70 mètres”, explique M’hamed Hraoui, ingénieur agronome au CT d’Aïn Chegag. “Sinon, ce serait la pagaille, une vraie bombe atomique”. […]

    Si le cas d’Aïn Chegag est particulièrement préoccupant à cause de la proximité d’immeubles résidentiels, des problèmes similaires existent dans toutes les régions du Maroc.
    “La situation des pesticides obsolètes au Maroc est grave, comme dans les autres pays africains et dans les pays en développement en général”, explique Mark Davis, coordonnateur et conseiller technique en chef du programme des pesticides obsolètes de la FAO. “En ce moment, nous estimons qu’il y a 870 tonnes de pesticides obsolètes au Maroc”, précise-t-il. […]

    Lire l'article


1. ARTICLE

La Gazette du Maroc
N°390- 18 octobre 2004

Qui veut la peau du singe magot?

    par Olivier Asselin

   
    Animaux en voie de disparition au Maroc

    De ses mains expertes, il décortique en un éclair les cacahuètes lancées par les touristes qui viennent admirer une espèce unique dans son habitat naturel. Les visiteurs ont intérêt à en profiter, puisqu’au rythme où vont les choses, le magot pourrait ne plus en avoir pour longtemps.

    Victimes de la désertification, de l’érosion, du surpâturage et de changements climatiques de plus en plus importants, les forêts de cèdres du Moyen Atlas passent un mauvais quart d’heure. Plusieurs parcelles portent déjà les marques d’une dégradation qui ne semble pas en voie de s’arrêter. Selon le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), la densité végétale des forêts du Moyen Atlas aurait diminué de 40 pour cent depuis les 15 dernières années. Et si le singe magot, une espèce animale ayant depuis toujours cohabité en harmonie avec le cèdre de l’Atlas, menaçait aujourd’hui d’en causer la perte? [...]

    Plusieurs hypothèses circulent au sujet des raisons motivant de telles attaques, mais certains chercheurs soutiennent que le singe magot serait – à défaut d’en être la cause – victime de la dégradation de l’écosystème. Pour le professeur Andrea Camperio, primatologue enseignant à l’Université de Padoue, en Italie, et président du GEA – une organisation qui mène depuis 1994 des recherches sur ce phénomène – il s’agirait d’un problème de disponibilité d’eau. Les forêts de cèdres du Moyen Atlas n’abritent pas que le singe magot : le milieu forestier subit la pression croissante

d’une population considérable d’animaux d’élevage. [...]

    Lire l'article



Haut de page